Complémentaire santé solidaire (CSS) : des débuts mitigés

Mise en place fin 2019, la Complémentaire Santé Solidaire (CSS) fait face à un accueil mitigé. Le point sur la situation.
AccueilActualités → Complémentaire santé solidaire (CSS) : des débuts mitigés

Dans le cadre de la réforme du 100 % Santé, la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) et l’ACS (Aide à la Complémentaire Santé) ont fusionné, et ont donné naissance à la CSS (Complémentaire Santé Solidaire) comme nous l’expliquons dans cet article.

Cet article vous éclairera sur les premiers résultats de ce dispositif, ses fonctions, son utilisation par les bénéficiaires et les avantages qu’ils en attendent.

Qu’est la Complémentaire Santé Solidaire (CSS) ?

Cette complémentaire Santé Solidaire (CSS) a pour but l’amélioration de l’accès aux soins, pour toute une population bénéficiaire du contrat ACS (Aide à la Complémentaire Santé aujourd’hui supprimée). Pour cela, elle propose des démarches simplifiées et des garanties améliorées.

Une estimation annonce que plus de 10 millions de personnes pourraient être concernées par cette réforme.

Fonctionnement de cette Complémentaire Santé Solidaire :

A la condition de posséder des ressources modestes, chacun peut bénéficier de cette formule pour payer ses dépenses de santé.

En fonction de vos ressources, deux cas peuvent se présenter :

  • Cette CSS peut ne rien vous coûter si, toutes rentrées confondues, vous disposez mensuellement de moins de 746 euros par mois pour une personne seule, ou de 1 119 € pour un couple, ou de 1 343 € pour un couple avec un enfant.
  • Selon votre âge, il vous sera demandé une modeste participation financière mensuelle: 8 € pour une personne de moins de 29 ans, jusqu’à 21 € entre 30 et 59 ans et à partir de 25 € par mois pour les 60 ans et plus.

Dans ces deux cas figure, en ce qui concerne la gestion de sa part complémentaire, l’’assuré pourra choisir son organisme d’assurance maladie obligatoire, ou une complémentaire santé (dans ce cas cet organisme en sera informé par la CPAM.

Pour s’inscrire l’assuré bénéficiera de formalités réduites et rapides. Cette adhésion pourra s’effectuer en ligne ou dans une CPAM, et il lui sera demandé un minimum de pièces justificatives.

Les avantages de la Complémentaire Santé Solidarité

Cette CSS (qui couvre toutes les personnes composant votre foyer) vous permet de ne rien régler pour un soin auprès du médecin, du dentiste, de l’infirmier, du kinésithérapeute, de l’hôpital, ainsi que pour la délivrance de vos médicaments.

Et, généralement, vous ne réglerez pas non plus vos prothèses dentaires, vos lunettes, vos prothèses auditives (grâce au 100 % Santé) et vos dispositifs médicaux (comme cannes, pansements, fauteuil roulant…).

De plus, la CSS prendra dorénavant en charge les médicaments à 15 %.

Les premiers résultats obtenus par rapport à la Complémentaire Santé Solidaire (CSS)

Après plus de 6 mois d’activité et une vaste campagne d’informations lancée le 15 octobre 2019, les résultats constatés sont plutôt mitigés puisqu’un peu moins de 2 millions d’assurés ont souscrit à cette CSS (les 2 catégories confondues).

D’autre part, il est rapporté que des bénéficiaires de la CSS ont essuyé des refus de soins émanant de certains praticiens : près de 10 % des médecins sollicités ont refusé de les recevoir, avec des disparités géographiques (localisées surtout à Paris et en Ile-de-France ou provenant de spécialistes en secteur 2).

Cependant, il est prématuré de se montrer pessimiste, car les statistiques indiquent au fil des mois une remontée lente et régulière du nombre des inscrits à la CSS.

Certains points de cette complémentaire santé solidaire gagnent encore à être largement expliqués et vulgarisés. Mais, pour juger de l’efficacité de cette réforme, il convient de vérifier son audience au moins durant une année d’exercice, et jusqu’ici, tous les espoirs demeurent permis.