Encore une augmentation pour les tarifs de la mutuelle en 2019

En 2019, le tarif des mutuelles santé devrait une nouvelle fois augmenter et peut être plus que l'année dernière !
AccueilActualités → Encore une augmentation pour les tarifs de la mutuelle en 2019

Chaque année, les tarifs de la mutuelle santé sont mis à jour en fonction des dépenses des assurés, c’est le principe du pot commun. En 2019, cette mise à jour devrait à nouveau être une revalorisation après les augmentations successives de 2017 et 2018. Pour le moment, il n’y a pas encore de pourcentage d’augmentation annoncé par les acteurs de la mutualité. Cependant, une certitude demeure, les travaux sur le reste à charge zéro en optique, dentaire et auditif du gouvernement risquent de faire grimper les dépenses de santé et donc la facture des assurés. Examinée par l’Assemblée nationale à partir de cette semaine, cette réforme du « 100 % Santé » pourrait aller jusqu’à augmenter les taux des cotisations pour 2019.

[Actualisation d’octobre 2018]

Estimation de la hausse des tarifs

Selon une étude d’un cabinet de conseil en assurance, les tarifs des mutuelles santé risquent d’augmenter de 7 % en moyenne d’ici 2021. Et cela malgré l’affirmation du gouvernement du président Emmanuel Macron de ne pas vouloir que cette réforme pèse sur les tarifs des complémentaires santé. Si cette augmentation se fait, elle dépendra des profils de chaque assuré. Ainsi, les personnes les plus concernées par les offres du reste à charge 0 (donc en optique, audioprothèses et prothèses dentaires) seraient celles qui devront faire face à la plus forte augmentation (9,4 % en moyenne), tandis que les autres (étudiants ou moins de 50 ans) ne subiraient qu’une augmentation de 2,5 % en moyenne.

Les seniors pourraient être les plus touchés

Comme dit précédemment, ce sont les personnes ayant les besoins les plus grands besoins au niveau de l’optique, des prothèses dentaires et des audioprothèses, donc les seniors, pourraient être les plus impactées par cette réforme de santé. Ils devraient donc faire face à des augmentations assez importantes de leurs cotisations de complémentaires santé. Néanmoins, un des partenaires de Bonne-assurance.com (April) propose une mutuelle senior dont les tarifs n’augmentent pas pendant les trois premières années : April Santé Senior.

Nos solutions face à l’augmentation des tarifs

Pour faire face à l’augmentation des tarifs des mutuelles, qu’elle soit habituelle ou exceptionnelle comme avec la réforme du 100 % Santé, Bonne-assurance.com met en place diverses solutions.Grâce à cela, vous pourrez bénéficier de tarifs plus avantageux grâce à nos partenaires.

Bien comprendre le calcul du tarif de la mutuelle santé

La mutuelle santé fonctionne sous un principe de solidarité. Chaque assuré cotise en fonction des dépenses de tous les autres assurés. Afin de déterminer le montant exact des primes d’assurance de chaque assuré, les assureurs prennent compte de différents facteurs :

  • Les garanties souscrites : si un assuré souhaite être protégé sur plusieurs postes (santé, prévoyance, garantie accident, etc.), il a besoin d’autant de garanties. Bien sûr, plus un assuré souscrit de garanties, plus le coût de son contrat d’assurance augmente.
  • Le niveau de couverture : dès lors qu’un assuré souhaite un haut niveau de prise en charge pour ses garanties, ses cotisations d’assurance sont plus élevées.
  • L’âge de l’assuré : de manière naturelle, plus une personne vieillit, plus ses besoins en santé augmentent. Ainsi, une personne située dans la tranche d’âge des 41 à 46 ans paiera plus cher sa mutuelle qu’une personne située dans la tranche d’âge des 21 à 26 ans.
  • Le nombre d’ayants droits : un ayant droit est une personne rattachée au contrat d’un assuré (conjoint, enfants, parents, etc.). Il est évident que plus il y a d’ayants droits sur votre contrat, plus les primes d’assurance seront élevées.

De manière logique, si un des facteurs ci-dessus vient à être modifié en cours de contrat, les tarifs de votre mutuelle peuvent en être impactés. Mais, d’autres éléments peuvent intervenir de manière plus ponctuelle et influer sur les augmentations annuelles du tarif des mutuelles santé (la situation des comptes de la mutuelle, les précédentes augmentations annuelles, les dépenses de santé sur tout le territoire, la valeur du PMSS ou tout simplement des modifications de la législation fiscale ou sociale).

Des indicateurs aléatoires qui expliquent l’augmentation du tarif des mutuelles chaque année

La revalorisation annuelle du PMSS

Le Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS) est calculé par l’état en fonction des salaires. Il est un indicateur fondamental qui intervient dans le calcul de certaines cotisations et prestations (en savoir plus sur le PMSS).

Tous les ans, le montant du Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS) est réévalué. En 2018, le PMSS est de 3.311 €, quand il n’était que de 3.269 € en 2017. Etant donné qu’il sert de base de calcul aux cotisations de certains contrats d’assurance, il est logique que si le PMSS augmente alors les cotisations évolues en fonction.

En 2019, le PMSS va continuer d’augmenter et il est possible qu’après une année où l’augmentation a été moins importante que prévue, il reparte d’autant plus à la hausse. Une telle revalorisation impliquerait donc un réajustement des calculs des primes de mutuelle santé de la part des assureurs. Ce qui déboucherait bien sûr sur une augmentation des tarifs de la mutuelle dès le 1er janvier 2019.

Un taux d’inflation en constante augmentation

L’inflation, c’est la différence du coût d’un panier de biens et services achetés par les ménages constatée d’année en année. Par exemple, si votre paquet de biscuits vous coûte aujourd’hui 1 €, l’inflation fait que l’année prochaine, il coûtera 1,03 € et ainsi de suite. Elle est calculée sur la base de l’indice des prix à la consommation (IPC). Le taux d’inflation permet donc de mesurer l’évolution générale des prix. Au 1er janvier 2018, le taux d’inflation relevé en France était de 1,19 %. Pour 2019, des experts de l’OCDE ont fait des projections d’une nouvelle hausse du taux d’inflation qui devrait atteindre 1,30 %(1). Cela s’explique notamment par les taux d’emprunt exceptionnellement bas de ces dernières années. Durant cette période, les banques ont contracté énormément de crédits. En faisant cela, elles ont distribué plus d’argent qu’elles n’en possèdent réellement et ont donc créé de la monnaie. Plus il y a de monnaie créée, plus il y a d’inflation dans un pays. Cette augmentation constante du taux d’inflation se répercute notamment sur les tarifs de la mutuelle santé qui vont continuer de grimper en 2019.

Des soins qui coûtent de plus en plus cher

A l’image du traitement contre l’hépatite C découvert il y a quelques années et commercialisé pour 41 000€(2), les futurs biomédicaments vont coûter de plus en plus cher. En fait, c’est exactement la même chose pour l’ensemble des soins. Le développement des nouvelles technologies et la découverte de nouveaux traitements nécessitant du matériel toujours plus performant vont faire exploser les dépenses de santé. Bien que l’état prenne en charge une partie de ces dépenses, ce sont essentiellement les mutuelles qui auront le plus à faire dans les remboursements santé de ces prochaines années. Bien évidemment, à l’arrivée ce seront les assurés qui paieront la facture en versant des cotisations toujours plus importantes au nom du pot commun. En prévention des prochaines années et des nouvelles découvertes médicales, il est fortement envisageable que les mutuelles santé revoient leurs tarifs à la hausse dès 2019.

Le reste à charge zéro en optique, dentaire et auditif

Bien que le gouvernement ait fait la promesse que ce nouveau projet n’impacterait pas les tarifs des mutuelles santé, nombreux sont les septiques et à juste titre. En effet, bien que le principe de zéro reste à charge existe déjà grâce aux réseaux de soins, les faire connaître au plus grand nombre va forcément augmenter la consommation. Ainsi, à l’image des contrats groupes qui ont grandement facilité l’accès aux soins à tous les employés et entraîné une surconsommation des dépenses de santé, il est évident que les mutuelles vont ajuster leurs tarifs pour ne pas finir l’année en déficit. Ainsi, il faut s’attendre à des augmentations modérées et successives dès 2019, et ce, jusqu’à 2022, date de fin du projet “zéro reste à charge en optique, dentaire et auditif”.

Comment payer moins chère sa mutuelle en 2019 ?

Afin d’éviter de payer un peu plus cher sa mutuelle chaque année, il existe des solutions encore peu connues. En effet, certains intermédiaires en assurance, comme les agents généraux ou les courtiers peuvent vous permettre de vous faire économiser beaucoup d’argent.

Comment ça marche ? En fait, ces intermédiaires sont rémunérés directement par les assureurs pour lesquels ils représentent un certain chiffre d’affaires. De par un tel statut, ils entretiennent un contact privilégié avec les compagnies. Ces dernières peuvent alors leur allouer des budgets commerciaux pour leur bon travail. Chaque intermédiaire peut alors redistribuer ces budgets pour diminuer, voire complètement effacer, les augmentations tarifaires des mutuelles en 2019 sur les contrats de leurs clients.

Fonctionnement de l'intermédiaire en assurance

C’est pas fini ! Il est possible de bénéficier d’avantages considérables en profitant des réseaux dont dispose chaque compagnie d’assurances (ou intermédiaire). En fait ce qu’il faut comprendre, c’est qu’un contrat ne se limite pas qu’à ses garanties. Certaines compagnies ont noué des partenariats avec des réseaux d’opticiens, de dentistes ou même tiers payants par exemple. Dans de tels réseaux, il est facile de profiter de réductions non-négligeables ou bien tout simplement d’être correctement conseillé en cas de besoin.

Les avantages des réseaux de soins

La note Bonne-assurance.com

Avant de partir, prenez le temps de consulter les avis que laissent nos clients sur notre cabinet de courtage d’assurance entièrement indépendant. Récoltés sur une plateforme externe à la notre, ces avis sont vérifiés et donc totalement objectifs.