L’assurance internationale : une opportunité pour les courtiers de proximité

230 millions de personnes vivent en dehors de leur pays d’origine.
AccueilActualités → L'assurance internationale : une opportunité pour les courtiers de proximité

À l’occasion du podcast mensuel d’April, Vincent De Meyer, responsable de la branche santé internationale du groupe April vient casser les idées reçues sur l’assurance internationale pour les courtiers de proximité français.

Comment se développe le marché de l’assurance internationale ?

« Il se développe très bien. Pour commencer, je partage avec vous deux chiffres : 12 %, c’est la croissance moyenne dans le monde de ce marché et 230 millions, c’est le nombre de personnes qui vivent en dehors de leur pays d’origine. Vous imaginez ? Ce chiffre est proche de la taille de l’Europe. Cela va de l’étudiant qui part quelques moins jusqu’à 5 ans pour faire ses études à l’étranger, en passant par des PME qui vont développer des nouveaux marchés en Europe ou voire encore plus loin, bien entendu. Sans compter aujourd’hui, tous les start-uppers qui ont en eux la mobilité et qui décident souvent de partir à l’étranger pour, eux aussi, chercher des clients ou des nouvelles technologies. C’est un marché qui est vaste et qui continue de s’agrandir et c’est surtout probablement une très belle opportunité pour les courtiers de proximité. »

Les courtiers de proximité ont-ils déjà saisis ce marché ?

« Clairement oui. Aujourd’hui, April travaille avec plus de 7.000 courtiers dans le monde en distribution de ces offres de santé internationales et, plus de la moitié sont des courtiers français. »

Le potentiel de développement est-il si important ?

« Il l’est. D’abord parce que dans un contexte atypique, un client qui doit trouver une solution d’assurance pour partir à l’étranger, est dans une situation où il n’a pas beaucoup de possibilité de trouver des conseils autour de lui. Ce qui est évidemment le cas quand on veut prendre une assurance auto ou une assurance habitation. Et, de mon point de vue, c’est justement là qu’un courtier de proximité à toute sa place à jouer parce que ses clients et prospects ont besoin d’un expert face à eux pour comprendre comment il faut s’assurer. Dans ce domaine, April offre tout ce qu’il faut pour accompagner et proposer les meilleures solutions au prospect en mettant à disposition une équipe dédiée, des outils simples et une gamme de solutions qui couvre vraiment tous les besoins. »

Est-ce la même chose de commercialiser une offre internationale et de commercialiser des offres en santé ou en dommage en France ?

« Pas tout à fait mais presque, oui. D’abord c’est qu’il y a des spécificités à l’internationale. Il va de soi que quand on part aux Etats-Unis, à Singapour, à Dubaï et dans bien d’autres pays, vous avez des obligations locales qu’il faut prendre en compte avant de trouver la bonne solution. Donc c’est évident que ce n’est pas aussi clair et lisible que le marché français. Mais, il y a aussi bien entendu, la dimension d’assistance, de couverture d’assistance qu’il est nécessaire d’ajouter pour vraiment être bien protégé quand on part loin. Pour autant, on est vraiment, de mon point de vue, dans ce que sait très bien faire un courtier de proximité, à savoir encore une fois, cette analyse de besoin, cette recherche de la meilleure couverture. Et, de ce côté-là, April, avec son expertise, apporte à ses courtiers l’ensemble de la gamme, des outils, un extranet hyper facile à utiliser, avec des applications plus destinées au client final qui lui facilité son quotidien. »

Comment le courtier doit-il s’y prendre ?

« Alors, comme toujours, quand on veut bien faire les choses, le mieux est de bien s’entourer. Et le courtier, de mon point de vue, a un rôle important dans la sélection des partenaires qu’il choisit. Au sein du groupe April, nous avons une expertise sur le sujet. Nous avons aussi une ambition d’apporter proximité et expertise au distributeur comme au client final. Et nous le faisons, avec une gamme de produits très large en santé et en prévoyance, qui couvre, encore une fois, tous les segments de marché et tous les besoins possibles. Donc mon conseil pour les courtiers, c’est d’abord qu’ils en parlent, parce que beaucoup de clients ne pensent pas à aller se tourner vers leur courtier de proximité pour s’intéresser et pour trouver la bonne solution parce que parfois, il l’identifie plus à des marchés français. Et que, en parler c’est s’offrir l’opportunité de découvrir, là aussi, des prospects et des futurs candidats à l’expatriation. »

Il ne faut donc pas craindre de se lancer sur le marché de l’internationale avec un potentiel de développement instéressant à la clé.

Sources et références