Résiliation de l’assurance emprunteur : TOP 5 des idées reçues

Certains établissements bancaires véhiculent de fausses idées sur la résiliation et les délégations d’assurance.
AccueilActualités → Résiliation de l’assurance emprunteur : TOP 5 des idées reçues

Depuis le 12 janvier 2018 et la mise en place de l’amendement Bourquin, les emprunteurs ont la possibilité de résilier annuellement leur contrat d’assurance de prêt, à chaque date anniversaire. De quoi économiser jusqu’à 15.600€ sur toute la durée de l’emprunt. Cependant, pour les banques, qui détiennent encore plus de 80 % des contrats, ce sont des milliards d’euros qui sont en jeux. Si certains établissements bancaires s’adaptent à l’ouverture de ce marché en ajustant leurs tarifs, d’autres manifestent de la mauvaise foi pour garder leurs clients, en divulguant de fausses idées sur la délégation d’assurance.

Astrid Cousin, porte-parole et responsable communication du courtier Magnolia.fr, dénonce les principaux préjugés empêchant les emprunteurs de profiter de cette nouvelle loi.

« Résilier pour un contrat moins cher, c’est être moins bien couvert »

De nombreuses banques se servent de cet argument pour retenir leurs clients. Or, cela est totalement faux. En effet, l’amendement Bourquin permet la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur à chaque date anniversaire du contrat. Pour que cette loi soit applicable, les garanties du nouveau contrat doivent être équivalentes ou supérieurs à celles de l’ancien contrat. Cela signifie que si les garanties ne sont pas équivalentes à celles du contrat initial, la délégation d’assurance est refusée.

« La résiliation d’un contrat d’assurance de prêt est très compliquée »

Pour profiter de la résiliation annuelle de l’assurance emprunteur, certaines étapes sont effectivement essentielles. Or, il n’y a rien de réellement compliqué ! Il suffit simplement de se renseigner sur les conditions à respecter, à savoir le délai de préavis et l’équivalence des garanties. Si vous avez besoin d’accompagnement quant à la délégation d’assurance, pensez à contacter un courtier en assurance emprunteur tel que Bonne-assurance.com. En effet, notre rôle consiste à vous accompagner dans vos démarches tout en restant votre interlocuteur privilégié tout au long de votre contrat.

« Les courtiers prennent systématiquement des frais »

Si certains courtiers facturent des honoraires pouvant atteindre les 2.000€, d’autres demeurent complétement gratuits. C’est notamment le cas de Bonne-Assurance.com qui est un service 100% gratuit. En nous choisissant comme intermédiaire, vous avez la possibilité de profiter de notre accompagnement et de nos conseils, ainsi que de réductions tarifaires que nous négocions avec nos partenaires, sans débourser un seul centime.

« Les tarifs en délégation peuvent augmenter »

En cas de délégation d’assurance, il est impossible que les tarifs augmentent au cours du contrat. En effet, il n’est pas précisé dans les conditions générales de ventes que l’assuré doit déclarer l’aggravation d’un risque. Cela signifie donc qu’aucune modification négative de garantie et augmentation de tarif n’est applicable. En revanche, si le risque diminue (si l’état de santé de l’assuré s’améliore ou s’il cesse une activité à risques), il lui est conseillé de le déclarer afin d’obtenir un réajustement de tarif (à la baisse). Les tarifs en délégation peuvent donc évoluer qu’en faveur de l’emprunteur.

« Seuls les plus jeunes ont intérêt à changer d’assurance de prêt »

Tous les emprunteurs, peu importe leur âge et leur état de santé, sont éligibles à cette nouvelle législation. Cependant, tous les dossiers sont analysés au cas par cas. En effet, dans certains cas, il peut être avantageux pour un sénior de profiter de la délégation d’assurance et beaucoup moins avantageux pour un jeune actif, et inversement. Nous vous conseillons de réaliser une simulation sur un site comparateur d’assurance emprunteur afin de vérifier que cette mesure est profitable pour votre profil.