Le rapport Libault : vers un meilleur accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie

concertation du ministre D.Libault, personnes agées
AccueilActualités → Le rapport Libault : vers un meilleur accompagnement des personnes âgées en perte d’autonomie

Suite à l’ambitieuse concertation conduite par les acteurs du gouvernement, le rapport sur l’étude de la perte d’autonomie des personnes âgées en France, demandé par le Ministre de la Santé Agnès Buzyn, a été rendu ce 28 mars 2019 par le député Dominique Libault.

En France, le nombre de personnes âgées dépendantes est en forte augmentation. En effet, depuis 2015, l’Union européenne compte plus de 27 millions de personnes âgées de 80 ans ou plus, selon l’INSEE. Ce rapport propose d’améliorer le confort de vie des personnes à mobilité réduite, notamment pour les personnes de grand âge. Il en ressort 175 propositions qui déterminent des projets de loi sur la perte d’autonomie. D’ici 2024, des financements publics seront mis en place pour subvenir aux exigences de ce soutien à l’autonomie.

Il a été préconisé 175 propositions pour le grand âge en France

Ce rapport détermine des subventions allant de plus de 6,2 milliards d’euros et passerait selon certaines sources, à 9,2 milliards d’euros en 2030.

Dans l’objectif d’assurer une meilleure qualité de vie pour les personnes vieillissantes en perte d’autonomie. Il en ressort 10 propositions principales :

  • La mise en place de Maisons des aînés avec un guichet ouvert la semaine avec du personnel compétent pour l’information sur les activités et services dédiés aux séniors,
  • Le développement de plans de formation des métiers du grand âge, en améliorant les structures de cette filière, afin de la rendre plus attractive,
  • Le versement financier de 550 millions d’euros pour le soutien des métiers d’aide d’accompagnement à domicile en revalorisant les salaires,
  • Une mise en place de 80.000 postes supplémentaires pour l’encadrement en Ehpad, soit une hausse de 25 % du taux d’encadrement, ce qui représente 1,2 milliard de plus,
  • Un plan de rénovation des Ehpad et des résidences autonomie sur 10 ans,
  • Une remise de 300 € sur le reste à charge mensuel pour les salaires les plus bas (entre 1.000 et 1.600 €/mois),
  • Une conciliation de la vie professionnelle d’un proche avec le rôle d’aidant en lui attribuant une indemnité,
  • Le développement d’un service civique pour éviter l’isolement des personnes âgées, en facilitant la communication entre les générations,
  • La possibilité de rester à son domicile, en supprimant les obstacles au maintien à domicile,
  • La mise en œuvre pour une augmentation de l’espérance de vie sans incapacité.

Une solidarité nationale est de mise face aux enjeux de la dépendance

Le rapport se base majoritairement sur le fondement de la solidarité nationale. En effet, la création de nouveaux prélèvements obligatoires ont été envisagé, mais cette hypothèse n’a pas été retenue.

La préférence s’oriente plutôt vers une autre journée de solidarité pour les travailleurs salariés. Ce rapport envisage de recueillir des fonds sur la base d’une augmentation plus importante des droits sur les gratifications et successions.