Les placements agricoles vont faire pousser votre épargne cet été

L’agriculture permet elle aussi de faire fructifier son capital.
AccueilActualités → Les placements agricoles vont faire pousser votre épargne cet été

Les placements agricoles sont encore méconnus en France. On peut procéder de différentes manières : placement sur un cheptel, sur des terrains agricoles, ou même encore sur des produits agricoles comme le vin d’investissement. Il existe une multitude de solutions pour investir dans l’agricole. De plus, cet investissement peut être considéré comme un investissement écologique dans le cas des produits biologiques ou durables. L’agriculture est un marché mondial essentiel, car il permet de nourrir la population. Il est possible d’aider le monde agricole à travers des placements ou indirectement en réalisant des placements sur des produits du monde agricole. Cela permet aussi de diversifier son patrimoine et d’apporter un côté social à l’investissement.

Les terrains agricoles font pousser votre épargne

Les terrains agricoles sont des solutions de placements rapides. Comme dans l’immobilier, sa location est réglementée par l’Etat. Il s’agit en réalité d’un “bail rural”, autrement appelé fermage. Le bailleur, propriétaire du terrain, loue ses terres à un locataire exploitant : l’agriculteur. Dès lors, celui-ci peut exploiter le terrain.

Le statut de fermage est par ailleurs réglementé à partir de l’article L. 411-1 du Code rural. Il a été établi en 1946, et vise à limiter le pouvoir du propriétaire selon une volonté des pouvoirs publics. La valeur locative est déterminée pour chaque département par arrêté préfectoral qui sera révisé tous les 6 ans.

Le prix moyen de l’hectare foncier agricole était de 6.090 € l’an dernier, avec une hausse de 0,9 % sur l’année précédente. Les prix de ces biens augmentent d’année en année, et permettent à terme, de bénéficier d’une valeur ajoutée lors de la revente.

L’épargne solidaire pour accompagner les exploitants

Il s’agit d’un placement permettant aux agriculteurs d’exercer leur profession. Par l’achat d’exploitation, les investisseurs physiques ou moraux pourront alors permettre aux exploitants agricoles de s’installer. L’association Terre de liens permet par exemple aux agriculteurs souhaitant s’installer de bénéficier de terres, de fermes, le tout par la location.

Cette solution solidaire a pour but “d’enrayer la disparition des terres agricoles et réduire les difficultés d’accès au foncier agricole”. Les agriculteurs pourront alors lancer leur activité en toute sérénité.

Terrafine est quant à elle une entreprise solidaire d’utilité sociale. Cette coopérative permet aux investisseurs de réaliser un placement solidaire à partir d’un investissement sur 100 parts sociales, soit 1.000 €. Cette solution innovante permet à l’agriculteur de rester concentrer dans son métier, et l’argent placé lui permettra de disposer un apport en trésorerie lui permettant par la suite d’investir sur ce dont il a besoin.

Par le biais de cet apport financier, l’investisseur pourra de plus bénéficier de réduction d’impôts sur le revenu de 18 %.

Investir sur des vaches laitières, la location de l’animal

Le concept peut paraître étonnant, mais il est aujourd’hui possible d’investir sur une vache. En effet, l’AFIC (l’Association Française d’Investissement en Cheptel) vous propose d’acheter des têtes de bétail (des vaches à lait) afin de les louer à un exploitant. Celui-ci va alors les élever, les nourrir, mais aussi les assurer (maladie et accident).

L’éleveur va alors pouvoir bénéficier du lait, du fumier, mais aussi des animaux de sexe masculin, tandis que les femelles seront partagées entre le propriétaire et l’éleveur, afin de préserver un troupeau jeune et garantir sa pérennité. En cas de décès d’une vache, elle sera remplacée par une autre ayant les mêmes caractéristiques.

Tous les ans, l’investisseur va percevoir entre 4 % et 5 % de son cheptel “en nature”. Il a la possibilité de réinvestir (sachant qu’en 19 ans, il est possible de doubler son troupeau), ou de vendre les animaux adultes, sachant que la pérennité du troupeau est assurée par les animaux plus jeunes.

Il faut souvent attendre environ 5 ans pour espérer bénéficier d’un placement rentable, le temps que l’animal devienne adulte. Chaque animal vaut approximativement 1.600 €.

Le matériel agricole, la mécanique au service du capital

Le secteur agricole se modernise et a besoin de matériel à la pointe de la technologie. Chaque agriculteur a besoin d’équipements adaptés à ses besoins. Il est donc possible d’investir à travers des acteurs spécialisés équipements agricoles. En Europe, on retrouve par exemple CNH Industrial, un acteur dans l’investissement dans ce secteur.

Investir dans ce milieu permet notamment de faire avancer la recherche et le développement du secteur. Un investissement indispensable dans un secteur qui ne subit que très peu de décroissance.

Cependant, il est essentiel d’avoir quelques connaissances sur le milieu avant d’investir. Il est important de connaître le prix des denrées produites (céréales, produits agricoles…). Le PIB d’un pays est aussi une source d’informations, car la mécanisation des pays émergeant est aussi importante.

Les bois et forêts

Il existe diverses variétés d’arbres, qui fournissent des matériaux plus ou moins précieux. Le prix des forêts augmente pour certaines variétés, selon le type de bois, l’augmentation était de 4 % à 8 %. Que ce soit des forêts de feuillus ou de résineux, il s’agit d’un investissement attractif.

Selon l’Institut Nationale d’Information Géographique et Forestière, il y aurait actuellement en France environ 16,9 millions d’hectares de forêts. L’hectare de forêts aurait un prix moyen de 4.000 €, mais pourrait monter à 12.000 € pour des forêts de qualité.

En 2017, près de 20.600 ha auraient été vendus en 130 transactions. De plus, ces placements permettent parfois de réaliser des crédits et de bénéficier de réductions d’impôts sur le revenu, et ce, jusqu’à la fin 2020.

S’il ne s’agit pas de biens professionnels (exonérés en totalité), un abattement de 75 % sur leurs valeurs déclarées à l’IFI est réalisé pour les bois et forêts détenus via un groupement forestier.

Du raisin et du vin, ça coule de source

De part le rôle qu’elles ont dans notre patrimoine, l’investissement sur les vignes est exigeant et complexe. C’est un milieu qu’il faut extrêmement bien connaître et pour lequel on peut bénéficier d’un accompagnement. On pense notamment aux œnologues, ou tout simplement aux producteurs. Mais certaines associations peuvent aussi réaliser un accompagnement au plus près des attentes de l’acquéreur : WI&NE en est un des exemples.

Ces produits peuvent rapidement apporter de la valeur ajoutée. Le prix du vignoble français a évolué de 3,7 % annuellement, et ce, depuis près de 10 ans (3 % hors champagne). Cependant, l’écart entre les parcelles peut parfois être conséquent. De 21.730 € à 12,8 millions € en Bourgogne par exemple.

Mais le vin est lui aussi susceptible de pouvoir être placé. La France est le deuxième producteur mondial avec une production de 3.560 millions de litres de vin sur l’année 2017. La société Cavissima propose à la vente des bouteilles de placement par exemple.

Diversifier ses placements, une idée qui peut être intéressante

Investir à la campagne peut rapporter beaucoup. Quel que soit le placement, il est tout de même important de se renseigner sur celui-ci avant d’investir, mais diversifier son patrimoine semble être une aubaine pour faire fructifier son capital.

Avant de se lancer, il est important d’avoir quelques connaissances concernant les divers placements à réaliser. Les prix varient en fonction des départements, du type de placement et bien d’autres facteurs. Des filiales de grands groupes proposent un accompagnement spécifique comme Agri France, filiale de la BNP Paribas, ou tout simplement des associations spécialisées dans le placement choisi, comme évoqué précédemment.

En résumé, il est important d’attendre le bon moment, de bien se renseigner, mais surtout d’être accompagné en cas de méconnaissance du secteur avant d’investir.

Sources et références

  • http://www.afic-ass.com/afic-fr/en-savoir-plus/fonctionnement/fonctionnement-1002.aspx
  • https://group.bnpparibas/communique-de-presse/agri-france-filiale-specialisee-bnp-paribas-banque-privee-l-investissement-foncier-rural-publie-etude-annuellehttp://www.wi-ne.net/fr/experts-viticoles/