Les prémices de la réforme de l’épargne-retraite prévue en 2019

Une réforme des retraites prévue dès l'été 2019.
AccueilActualités → Les prémices de la réforme de l’épargne-retraite prévue en 2019

Les grandes lignes du projet de la loi PACTE (Plan d’Actions pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) commencent à se faire entendre. La réforme des retraites, prévue avant l’été 2019, fait partie de cette future loi. Fin mars dernier, le gouvernement a commencé à présenter sa vision de ce futur changement et son objectif de rendre ce système plus lisible et plus simple. Une vision qui ne semble pas satisfaire les assureurs, lesquels avaient quelques jours plus tôt, mis en avant une autre proposition de solution retraite.

L’épargne-retraite : un complément au régime obligatoire nécessaire

Les pensions de retraite devraient incontestablement diminuer dans le futur. C’est pourquoi il est important de favoriser, dès à présent, le recours à des épargnes-retraite supplémentaires pour mieux anticiper ses vieux jours. Les produits d’épargne-retraite viennent en complément des régimes obligatoires de retraite. Les particuliers, les entreprises et les indépendants peuvent souscrire à ce type de solutions afin de compléter leurs futures pensions.

Offrir un modèle d’épargne-retraite plus en accord avec les besoins actuels

Actuellement, les produits de retraite sont étroitement liés au statut de l’épargnant. Par exemple, il existe des produits spécifiques aux salariés ou encore aux indépendants. Or, de nos jours la tendance est à la mobilité professionnelle et aux changements de statuts. Ces régimes s’avèrent alors complexes face à ces nouveaux modèles de vie professionnelle. En effet, il n’est pas rare qu’un salarié change d’entreprise, et même devienne indépendant…

C’est pourquoi ces produits d’épargne-retraite devraient être au cœur de la réforme de la retraite, afin de simplifier et les éclaircir. Les assureurs auraient préféré faire le choix d’un produit universel en fusionnant les différents produits à l’exception du PERCO. Le gouvernement manque encore à ce jour de clarté concernant une éventuelle harmonisation. Ce point devrait naturellement être à nouveau abordé dans les semaines qui viennent.

La sortie de l’épargne-retraite en capital jugée insatisfaisante par les assureurs

Le gouvernement souhaite favoriser la sortie en capital de l’épargne-retraite. La Fédération Française de l’Assurance met quant à elle l’accent sur une sortie sous forme de rente. Un point sensible qui ne fait définitivement pas l’unanimité chez les assureurs…

Effectivement, avec la sortie en capital, le gouvernement risque de ne pas relever le défi du « mieux-vieillir ». Octroyer cette somme à une personne comporte le risque qu’elle se retrouve en fin de vie sans réserves d’argent, car elle aura tout dépensé par le passé. Nul ne peut prévoir l’espérance de vie de chaque individu. La sortie en rente permet donc de sécuriser un minimum de revenus récurrents jusqu’à la fin de sa vie. L’enjeu du gouvernement est d’améliorer les conditions de vie des personnes âgées, peut-il vraiment prendre le risque que des personnes dépensent la totalité de leur capital retraite prématurément ?

Vers des placements plus risqués et plus rentables pour l’épargne-retraite ?

Le gouvernement met en avant que l’épargne-retraite devrait compter des placements financiers plus risqués mais jugés plus rentables. Avec le temps et à l’approche de la retraite des épargnants, ce facteur risque sera amoindri pour sécuriser le placement. Grâce à ce procédé, l’épargne-retraite devrait être plus rentable et donc plus attractive pour les Français.

Le projet de loi Pacte devrait être voté en mai prochain. Les semaines à venir, devraient voir éclore des propositions plus détaillées au sujet de cette réforme de la retraite. Nous ne manquerons pas de vous en tenir informés.