Les placements en bourse sont les produits d’épargne les plus attractifs

Les placements en actions sont ceux qui rémunèrent le plus les épargnants sur les 10 dernières années.
AccueilActualités → Les placements en bourse sont les produits d’épargne les plus attractifs

Avec des taux d’intérêts extrêmement bas et une rémunération très faible, les différents livrets ne sont plus vraiment intéressants pour épargner. Cependant, pour des raisons culturelles de sécurité et de prudence, les français ont du mal à changer leurs habitudes en matière d’épargne. L’arrivé des nouveaux moyens d’informations en ligne et la création d’intermédiaires laisseront peut-être la place à une nouvelle perspective de la gestion de l’épargne.

Les actions : le placement le plus rentable de ces 10 dernières années

Avec un taux de rémunération moyen de 2,7 % sur les 10 dernières années, les placements boursiers en actions, sont les solutions d’épargne les plus performantes en 2018. C’est probablement ce qui explique la hausse constatée l’année dernière du nombre de détenteurs d’actions à 8,7 % de la population (contre 7,6 % auparavant)

Certains chiffres révélé par le premier baromètre de l’Autorité des Marchés Financiers annuel de l’épargne et de l’investissement laisse présageait de nouveaux beaux jours pour le marché des actions. En effet, selon ce même baromètre « près d’un français sur deux considère que les actions sont le meilleur placement de long terme » (44 % des français).

De la même manière, le baromètre nous révèle que 56 % des français jugent pertinent de diversifier son épargne, et que un particulier sur trois se sent prêt à prendre des risques au moment d’épargner dans l’idée de percevoir de meilleurs rendements.

En fait, le placement en action permet de diversifier son épargne et de bénéficier d’une meilleure rémunération. Une bonne idée pour préparer sa retraite, qui pour 7 personnes sur 10 est une priorité d’épargne.

Le Plan d’Epargne en Action : un support à la mode

Le PEA, ou Plan d’Épargne en Action, est un compte qui permet de gérer correctement tout un portefeuille d’actions. Il est d’autant plus intéressant qu’il permet de bénéficier d’avantages fiscaux importants sur les éventuelles plus-values.

L’ouverture d’un tel compte peut se faire auprès d’un établissement bancaire ou bien même auprès d’un intermédiaire financier, type courtier, etc. Il est destiné à toutes les personnes physiques de plus de 18 ans qui sont fiscalement domicilié en France. Limité à 1 par personne, il ne peut y avoir plus de 2 PEA par foyer.

Avant 8 ans, tout retrait sur un PEA entraîne la clôture du compte. En fait, les actions qui sont déposées sur un PEA sont disponibles à tout instant, mais chaque retrait antérieur à 8 ans clôt le compte. Passé 8 ans d’ancienneté, tout retrait empêche de nouveaux versements par la suite.

La fiscalité avantageuse du PEA permet une exonération de l’impôt sur le revenu passé 5 ans d’ancienneté. Pour tout retrait entre 2 et 5 ans, le taux forfaitaire d’imposition sur les gains est de 19 % contre 22,5 % avant 2 ans.

Attention

Quel que soit la date de retrait, les plus-values sont soumises aux prélèvements sociaux à savoir 15,5 %.

Les épargnants préfèrent rester prudents

Comme expliqué en début d’article, les français préfèrent rester prudents vis-à-vis de leur épargne. Leurs attentes principales restent la possibilité d’avoir une épargne disponible à tout moment et de bénéficier d’une gestion personnelle.

Effectivement, 82 % des français interrogées estiment épargner pour conserver une part d’argent à disposition afin de couvrir d’éventuelles dépenses imprévues, telles que les frais de santé ou des achats importants.

Finalement, les préoccupations sur le long terme (retraite, logement…) sont moins importantes pour les Français. En fait, c’est la disponibilité qui prime sur le reste.

Remarque

Pourtant une rente viagère issue d’un PEA est totalement exonérée d’impôts.

Alors bien sûr, il est possible de revendre n’importe quand ses actions pour bénéficier de l’argent de son épargne. Mais cette démarche est un réel point faible pour les français habitués au livret A.

Enfin, 95 % des français souhaitent gérer eux-mêmes leur épargne. Difficile d’imaginer de tels épargnants s’orienter vers un milieu qui, en plus d’avoir une image négative de place de spéculation, parait réservé à des connaisseurs.