Les perruques de classe 1 après une chimiothérapie entièrement remboursées

AccueilActualités → Les perruques de classe 1 après une chimiothérapie entièrement remboursées

Depuis le 2 avril 2019, les perruques de classe 1 vont être remboursées jusqu’à 350 € par la Sécurité Sociale. Et parce que ces 350 € correspondent au prix plafond annoncé, ces dernières seront donc intégralement remboursées. Cette prise en charge est destinée aux personnes ayant suivi une chimiothérapie. Une avancée attendue depuis quelques années, parce que cette prothèse capillaire représente bien plus qu’un simple artifice esthétique pour les femmes atteintes du cancer.

Combien peut valoir une perruque ?

On estime à 450 € le prix moyen d’une perruque permettant de répondre aux problèmes d’un malade traité par chimiothérapie. Retenez que ces prix varient selon la texture du matériau utilisé (cheveux naturels ou fibre synthétique), la coupe (coupe courte ou cheveux longs) et le type de montage (à la machine ou à la main). Certaines perruques peuvent même coûter jusqu’à 3 000 €, pour une durée de vie avoisinant six mois quel que soit le modèle.

Le remboursement des perruques par la Sécurité sociale

Quand la chute des cheveux a une origine médicale, la Sécurité sociale prend en charge une partie du coût de la perruque. Le premier prix des perruques en fibres synthétiques correspond au forfait remboursé par la Sécurité sociale. Dans le cadre de la prise en charge d’une affection de longue durée (ALD), le taux d’indemnisation représente 100 % du tarif conventionné. La Sécurité sociale rembourse depuis le 2 avril 2019 un forfait allant jusqu’à 350 € pour les perruques médicales de classe 1. Auparavant, ce forfait était de 125 €.

Tous les six mois, en cas de besoin, chaque patient a le droit de changer de prothèse capillaire. Pour ce faire, il doit à chaque fois suivre la même procédure de demande de remboursement :

  • Demande d’une nouvelle ordonnance par le médecin,
  • Demande de remboursement auprès de la Sécurité sociale.

À retenir :

Il vaut mieux vous renseigner auprès de la caisse primaire d’assurance maladie afin de connaître vos droits aux renouvellements. Les foulards, turbans etc. ne sont pas couverts par la Sécurité sociale.

Nouvel accord de remboursement à 100 % des perruques en 2019

Il y a quatre ans, les pouvoirs publics avaient donné leur accord pour porter le montant des remboursements de ces perruques médicales de 125 à 250 €. Toutefois, le dossier était bloqué depuis deux ans auprès du Comité Économique des Produits de Santé en raison d’un manque d’effectifs. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a promis récemment d’intervenir pour accélérer le déblocage de ce dossier. Une promesse tenue !

Les femmes traitées pour des cancers peuvent bénéficier depuis avril 2019 d’un remboursement intégral de certaines prothèses capillaires. Ces prothèses capillaires sont celles en fibres synthétiques (dites de classe 1). Le remboursement par la Sécurité sociale s’effectuera dans la limite de 350 €. 

Cette mesure concerne les perruques faites en fibres synthétiques dont le prix est désormais  plafonné à 350 €. Une mesure qui permet donc aux femmes touchées par le cancer d’avoir une perruque de bonne qualité et totalement remboursée.

Quel remboursement pour les perruques avec des cheveux naturels ?

Les prothèses capillaires confectionnées avec au moins 30 % de cheveux naturels sont dites de classe 2. Leur prix plafond est de 700 € . Si des patientes souhaitent s’orienter vers ce type de perruques, elles pourront être remboursées à hauteur de 250 € par l’Assurance Maladie.

  • Le cas des perruques dites « haut de gamme » :

Les perruques dites “haut de gamme” en cheveux naturels seront en revanche non prises en charge par la Sécurité sociale.

Comment se faire rembourser une perruque ?

Si vos cheveux commencent à tomber après une chimiothérapie, le médecin vous prescrira une prothèse capillaire. Cette ordonnance constituera la preuve que cette chute de cheveux est d’origine médicale et que cette perruque rentre dans le droit au remboursement par la Sécurité sociale.

Il vous appartiendra ensuite de trouver la prothèse capillaire qui vous conviendra ou un perruquier, et de demander un devis.

Ce sera aussi le moment de vous rapprocher de votre mutuelle afin de vous renseigner sur une éventuelle prise en charge complémentaire si vous désirez une perruque non-synthétique à 100 %.

Marche à suivre pour se faire rembourser une perruque

  • Envoyer à la Sécurité sociale l’original de l’ordonnance du médecin (elle n’accepte que les originaux), et la facture de la prothèse capillaire (le perruquier conserve un exemplaire de l’ordonnance).
  • Après vérifications, la Sécurité sociale vous fera parvenir le remboursement (actuellement de 125 €). Votre dossier sera ensuite envoyé à votre mutuelle par votre caisse d’Assurance Maladie. Cette dernière vous versera enfin sa part selon les garanties prévues sur votre contrat.

Notez qu’il faut surtout bien vous renseigner sur l’institut capillaire ou le perruquier que vous allez choisir. Pour être sûr d’être remboursé par la Sécurité sociale et bénéficier du tiers payant, il existe des perruquiers conventionnés à privilégier.

Cas spécifiques :

  • Si vous êtes couvert par l’AME (Aide Médicale de l’Etat) ou par la CMU (Couverture Maladie Universelle) :

Vous bénéficiez du tiers payant. En présentant votre attestation d’admission en cours de validité de l’AME ou votre carte vitale, vous serez dispensé d’avance sur la part correspondant au forfait Assurance Maladie.

  • Si vous manquez de ressources:

En vous adressant aux assistantes sociales et aux infirmières, celles -ci pourront vous indiquer les perruquiers dont le tarif est entièrement remboursé par la Sécurité sociale. Elles vous orienteront également vers des aides possibles ou vers des associations ou encore des services hospitaliers à mêmes de vous distribuer gratuitement une perruque.

L’importance de la perruque pour les personnes qui suivent une chimiothérapie

La chute des cheveux est l’effet secondaire le plus connu et le plus visible de la chimiothérapie. Plus de 308 000 personnes (chiffres de 2015) ont été traitées selon ce protocole, ce qui représente près de 2,7 millions de séances et séjours hospitaliers.

Une perruque n’est pas un accessoire futile. Pour de nombreux malades elle permet de conserver une apparence normale, de rester intégré dans l’espace public, et de mener une vie sociale et professionnelle plus harmonieuse.