La Mutuelle des motards prend en charge l’airbag électronique moto

Certains de ces gilets peuvent valoir 1.000 €, la prise en charge par la Mutuelle des motards aurait pour but d'encourager son port pour se protéger.
AccueilActualités → La Mutuelle des motards prend en charge l’airbag électronique moto
L’airbag constitue une grande avancée dans la sécurité des motards, mais son prix élevé est encore un frein important qui retarde sa généralisation. Cependant, la Mutuelle des motards fait aujourd’hui en sorte de prendre en charge ce dispositif pour protéger au mieux les motards.

Pourquoi cette décision ?

Parce que la protection des conducteurs de 2 et 3 roues à moteur est la priorité pour la Mutuelle des motards, celle-ci vient d’annoncer la signature d’un accord de partenariat qui permettra de démocratiser l’airbag moto, et de préserver au maximum la vie des motoristes.

Cet accord passé avec « In&motion », société française spécialisée dans les airbags électroniques, devrait prendre en charge en tout ou en partie l’achat de cet équipement, ainsi que l’abonnement mensuel pour ces airbags.

Quelques mots sur l’efficacité de l’airbag moto

On en parle beaucoup en ce moment et le Conseil interministériel de Sécurité routière suggère, dans son dernier conseil, d’encourager son port. Il est devenu obligatoire depuis cette année en motoGP.

Ce n’est pas la solution miracle, mais, dans de nombreux cas, (notamment les chutes avec glissade), il permet d’éviter de graves lésions et des traumatismes importants.

Une enquête récente fait ressortir que seulement 4 % des motards en sont équipés, et 27 % mettent en doute sa fiabilité.

Il est évident que son niveau de protection n’est pas équivalent à celui des airbags automobiles, mais cela résulte surtout du fait que les motoristes sont beaucoup plus vulnérables, et qu’il existe une plus grande diversité dans l’impact des chocs et des lésions qui en résultent.

Comment se présente un airbag moto ?

Le principe est le même pour tous ces airbags : un gilet sans manches, robuste et muni de plusieurs poches qui se remplissent d’air en cas de chute ou de choc.

Mais la grande différence réside dans le mécanisme de déclenchement, qui peut être filaire ou électronique.

Le mécanisme de déclenchement filaire

Le gilet est relié à la moto par un câble qui, en cas de tension anormale, dégoupille une bonbonne de gaz CO2, et qui gonfle les coussins de l’airbag.

Ce système rudimentaire est moins coûteux, mais son temps de déclenchement est long (entre 110 et 150 millisecondes), auquel il faut encore ajouter le temps de gonflage des coussins (entre 100 et 250 ms)… Ce retard pèse lourd en cas d’accident.

Le mécanisme de déclenchement par un dispositif électronique-radio

La moto est équipée de capteurs qui analysent en continu tous les paramètres d’accélération, de décélération et de rotation. A partir d’un certain seuil, la télécommande déclenchera automatiquement par un système pyrotechnique, en seulement 20 ms le gonflage des poches, qui s’effectuera dans un temps compris entre 80 été 100 ms.

Mais ces avantages certains ne sont pas sans quelques inconvénients :

  • Le prix est notablement plus cher,
  • Le motoriste est tributaire de sa machine, équipée des capteurs, ce qui exclut l’hypothèse d’être protégé sur une autre moto que la sienne.

Que propose la Mutuelle des motards ?

Avec cet accord de partenariat, elle proposera une prise en charge concernant à la fois l’achat du gilet airbag In&Motion lui-même, dans sa version à déploiement électronique (mais les proportions de cette prise en charge ne sont pas encore fixées), et  l’abonnement In&Motion.

Il faut savoir que certains de ces gilets peuvent valoir 1.000 € et plus et que l’abonnement annuel pour la partie électronique vaut 120 €.

Les modalités d’attribution de cette prise en charge et de l’abonnement seront connues courant mars 2019.

 Cette annonce représente un grand pas salué par la Sécurité routière, et il n’est pas utopique de penser que l’ensemble des assureurs suivra également cette heureuse initiative.

Sources et références