L’assurance habitation a subi une augmentation de 34 % en 10 ans

En 2017, le coût exceptionnel des évènements climatiques a été de 3,02 milliards d’Euros.
AccueilActualités → L’assurance habitation a subi une augmentation de 34 % en 10 ans

En dépit de cette augmentation de 34 %, les tarifs de l’assurance habitation devraient probablement augmenter encore en 2019 de 1 à 2 %, cet article vous explique les raisons multiples qui tentent de justifier cette augmentation.

Augmentation de 34 % en 10 ans : constatations

Des études menées par la FFA (Fédération Française de l’Assurance) prouvent que la prime moyenne de l’assurance multirisque habitation a augmenté de 63 € depuis dix ans

Pour entrer dans les détails, ces hausses ne sont pas exceptionnelles, puisque le tarif aura subi une hausse de 34 % en passant de 184 € en 2008 à 247 € en 2017, alors que durant la même période l’inflation a seulement augmenté de 8,6 % (soit quatre fois moins vite).

Les raisons invoquées pour justifier cette hausse

Pour expliquer les raisons d’une telle envolée, il est mis en avant le fait qu’en 2017, le coût exceptionnel des évènements climatiques a été de 3,02 milliards d’Euros, (à lui seul l’ouragan Irma a coûté aux assureurs 1,9 milliard d’Euros), alors que de 2010 à 2017 la somme globale des composantes du risque de ces contrats s’élevait à 1,05 milliard.

Les responsables seraient les contrats d’assurance, qui ont augmenté de 82,2 % depuis 2007. La hausse des primes étant due aux sinistres tant nationaux que locaux.

Alors que les dégâts des eaux et le vol ont entamé une petite baisse, et que ceux liés aux incendies sont demeurés stables.

Il faut ajouter à ces raisons une augmentation sensible de la « garantie terrorisme », qui est passée de 4.30 € au 1erjanvier 2016 à 5,90 € un an plus tard et permet l’approvisionnement du fonds de garantie des victimes d’actes de terrorisme.

Les perspectives d’avenir

Le gouvernement souhaiterait diligenter en cette année 2019, une étude visant à modérer certains tarifs, notamment pour les mutuelles et des assurés aux revenus modestes). Cependant, il est encore prématuré d’en parler aujourd’hui.

En conclusion, il est évident que, dans l’immédiat, les assurés sont les premiers à se trouver pénalisés par les effets de cette augmentation qui les dépasse totalement. Une affaire à suivre !

Sources et références