Vieillissement de la population : l'assureur AXA engagé

AXA : un assureur engagé dans l’amélioration des conditions du vieillissement

La recherche au service des enjeux liés au vieillissement des populations
AccueilActualités → AXA : un assureur engagé dans l’amélioration des conditions du vieillissement
En France en 2050, les personnes âgées de plus de 60 ans représenteront presque un tiers de la population. En comparaison avec l’année 2005, le nombre des seniors aura donc doublé(1). Un constat synonyme d’enjeu majeur pour notre société afin de faire rimer vieillissement avec « bien-vieillir ». Dès à présent, à l’image du groupe AXA, des assurances privées mènent des actions en relation avec ce défi contemporain.

AXA Prévention : des conseils pour bien-vieillir et mieux anticiper ses vieux jours

L’association AXA Prévention a été fondée en 1984(2). De nos jours, elle mène diverses actions sur le terrain et via son site web en matière de prévention. Son champ d’action ne se réduit pas seulement à la santé, mais aborde également la sécurité routière ou encore les dangers du numérique.

En ce qui concerne la prévention des risques liés à l’âge ou la prévention dépendance, de nombreux articles conseils sont régulièrement publiés sur leur site. Vous y trouverez de guides relatifs à l’alimentation, à l’activité physique, à une bonne hygiène de vie, au recul de la perte d’autonomie, ou encore en lien avec les maladies ou troubles qui peuvent toucher les personnes âgées.

Le Fonds AXA pour la Recherche : acteur de la prévention depuis 2007

Fondé, il y a un peu plus de 10 ans, le Fonds AXA pour la Recherche apporte son soutien à plusieurs chercheurs à travers le monde(3). Cette initiative de mécénat est portée par la « conviction profonde que la science joue un rôle déterminant lorsqu’il s’agit de donner aux gens la capacité de répondre aux enjeux de notre siècle et de construire une vie meilleure ». Ce Fonds intervient sur les risques environnementaux, humains et sociétaux, dont notamment l’augmentation de la longévité et la quête d’un « mieux-vieillir » pour les générations futures.

Zoom sur quelques projets de Recherche sur le vieillissement soutenus par AXA :

  • « Étude des politiques de santé publique visant à améliorer les soins de fin de vie des personnes âgées». Grâce à cette étude, la chercheuse autrichienne Lara Pivodic s’intéresse aux soins dispensés aux personnes âgées de 85 ans et plus, atteintes de maladies chroniques. Elle souhaite mettre en exergue des pistes d’amélioration dans le but que ces soins pas toujours qualitatifs soient bien mieux adaptés à l’accompagnement dans la fin de vie.(4)
  • « Protéger notre cerveau de la neurodégénérescence par une meilleure compréhension de ses mécanismes de vieillissement». Avec l’âge, les fonctions du cerveau dégénèrent ce qui entraîne des troubles ou des maladies, comme Alzheimer ou Parkinson, forts handicapants. Partant de ce constat, le chercheur grec Konstantinos Palikaras s’intéresse à des mécanismes moléculaires encore peu connus. Il aspire à mieux comprendre comment les cellules neuronales se débarrassent d’anomalies et notamment comment fonctionnent-elles avec l’âge. Un éventuel grand pas vers une meilleure compréhension des maladies cérébrales dégénératives liées à la vieillesse. (5)
  • « Longévité : en possédez-vous les gènes ?». Et si le fait que certaines personnes vivent plus longtemps que d’autres était lié à la génétique ? Le Dr Peter Joshi dit qu’ « on estime qu’environ un quart de la variabilité de l’espérance de vie est dû à la génétique ». Pourtant, il trouve que cette théorie a ses limites et veut donc aller plus loin afin de mieux comprendre l’incidence de ce facteur biologique sur la durée de vie. (6)
  • « Mieux vieillir grâce à un ‘‘correcteur’’ d’ADN plus performant». Le docteur Francesca Baggio se penche elle aussi sur les anomalies cellulaires et notamment sur leurs effets sur le vieillissement. Son raisonnement est fondé sur une étude menée sur des souris et mettant en avant que ces erreurs peuvent entraîner un vieillissement prématuré. En menant une étude sur des insectes spécifiques, elle espère mieux comprendre ce lien avec le vieillissement et pouvoir même trouver des clés pour mieux traiter les maladies liées à l’âge. (7)

Ces exemples de projets de Recherche scientifiques promettent de futures avancées considérables afin de mieux comprendre le vieillissement et surtout peut-être mieux vivre le quatrième âge.

Le défi face au vieillissement de la population consiste en garantir de meilleures conditions de vie et un meilleur état de santé global aux personnes de plus de 60 ans. Au-delà de ces exemples initiés ou soutenus par AXA Assurances, d’autres initiatives se développent dès aujourd’hui pour offrir, demain, des perspectives plus favorables à tout un chacun. Entre prévention, accompagnement, recherche scientifique, innovations technologiques et évolutions sociétales ; les idées et projets émergent dans le but de créer un avenir meilleur…

Sources et références :

  • https://www.insee.fr/fr/statistiques/1280826#titre-bloc-8
  • https://www.axaprevention.fr/
  • https://www.axa-research.org/fr/projets/
  • https://www.axa-research.org/fr/projets/lara-pivodic
  • https://www.axa-research.org/fr/projets/konstantinos-palikaras
  • https://www.axa-research.org/fr/projets/peter-joshi
  • https://www.axa-research.org/fr/projets/francesca-baggio

 

icone téléphone Être rappelé