Epargne

Premier moyen de financement, l’épargne désigne la somme d’argent que le particulier ou l’organisation a pu mettre de côté, épargner de ses frais de consommation courante.

Cette réserve peut être utilisée sous différentes formes :

  • soit une thésaurisation, où l’épargne, déposée sur un compte bancaire, rémunéré ou non, constitue un fonds de liquidités disponibles (l’épargne liquide).
  • soit un investissement, où l’épargne est affectée à un achat immobilier ou de moyens de production. En termes d’investissement, l’épargne peut aussi être placée dans des valeurs mobilières ou sur des comptes, livrets et plans d’épargne.

A côté du crédit, l’épargne fait aussi l’objet d’offres diverses de la part des établissements financiers, chacun ayant développé ses propres livrets de placements.

Parmi les différents produits d’épargne proposés viennent au premier plan les livrets d’épargne réglementés. Sont concernés les livrets A, livret d’épargne populaire, livret de développement durable et livret jeune. Pour ces comptes, les taux de rémunération sont fixés par les pouvoirs publics, à l’exception du livret jeune pour lequel l’établissement bancaire est libre de déterminer son taux de rémunération.

Ces comptes épargne sont accessibles au plus grand nombre, assortis quelque fois de conditions d’âge ou de ressources, et plafonnés dans les sommes qui peuvent être déposées.
Par exemple :

  • le livret jeune s’adresse au 12-25 ans, il est plafonné à un dépôt maximum de 1600 €
  • le livret de développement durable est limité à un dépôt de 6000 €
  • le livret A plafonne le dépôt en capital à 15 300 €

Suivent ensuite le plan d’épargne logement et le compte épargne logement, lesquels comme leur nom l’indique, sont ouverts en préparation d’un achat immobilier. L’épargne est plafonnée à 61200 € sur le plan et 15300 € sur le compte. Ils permettent d’obtenir des crédits à taux préférentiels.

Pour l’ensemble de ces produits plafonnés l’épargne reste disponible.

Au-delà, les contrats d’épargne consistent en des comptes à terme, des assurances-vie, des compte-épargne retraite, des placements sur les marchés financiers via un plan d’épargne en actions ou un compte-titres ordinaire. Dans ces contrats, l’épargne n’est pas plafonnée mais sa rémunération est variable d’un établissement à l’autre, d’un placement à l’autre, ainsi que ses conditions d’ouverture, de dépôts et de gestion. L’épargne est moins disponible, qu’il soit fiscalement intéressant de ne pas solder le compte, ou que l’épargne soit contractuellement bloquée le temps du contrat.

icone téléphone Être rappelé