La question du financement des Ehpad en fonction des nos revenus en étude

Après la consultation mise en ligne par le gouvernement fin 2018, la question du financement des Ehpad est au cœur des réflexions.
AccueilActualités → La question du financement des Ehpad en fonction des nos revenus en étude

Suite à la consultation en ligne relative à la réforme du financement de la dépendance, nous vous avions parlé des préoccupations principales des Français à ce sujet. La Mutualité française a, dernièrement, mis en avant le problème du financement des places en Ehpad et a mis en avant plusieurs de ses propositions lors de la consultation. Voici les détails.

Pourquoi est-il nécessaire de se pencher sur la question du financement des Ehpad ?

La place dans un Ehpad est relativement chère. En effet, pour un établissement public, le prix moyen avoisine les 2.000 €, après que les aides aient été déduites, alors que le montant moyen des pensions de retraite est de 1.000 €. Soit un reste à charge moyen d’un millier d’euros pour le résident ou ses proches.

Selon une enquête de la DRESS qui montre la difficulté des seniors à financer leur place en Ehpad, ce reste à charge relativement élevé les poussent à puiser dans leur épargne, vendre une partie de leur patrimoine, demander de l’aider à leurs proches ou même à renoncer à l’Ehpad par manque de moyens.

Quelle est la solution de la Mutualité française ?

La Mutualité française propose divers axes afin de trouver une solution face à ce problème de financement des places dans les Ehpad par les résidents et leur famille.

Le premier point que la fédération mutualiste française a mis en lumière est le plafonnement des tarifs des Ehpad. En effet, bien que le prix moyen d’une place dans un établissement de ce genre soit de 2.000 €, aides déduites, 10 % des Ehpad ont un prix inférieur à 1.653 € et 10 autres pourcents ont un tarif de 2.798 € par mois d’après la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Le deuxième axe sur lequel se pencher d’après la Mutualité française est sûrement le principal : établir un barème de prix de l’Ehpad en fonction des ressources du (futur) résident. Ainsi, comme pour les crèches, les personnes aux ressources les plus faibles pourront bénéficier d’une gratuité partielle grâce à une aide départementale. Pour les personnes plus l’aise financièrement, le montant évoluerait progressivement en fonction de leurs ressources.

Quelle est la réponse du gouvernement face à cette proposition ?

Le gouvernement est bien conscient du problème d’hébergement des personnes âgées et/ou dépendantes. Sans cela, la consultation en ligne qui a eu lieu d’octobre à décembre 2018 n’aurait jamais existé. Son but étant de mettre en place une réforme du financement de la prise en charge de la dépendance.

Pour répondre aux propos de la Mutualité française, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a indiqué que ces solutions étaient un point de départ pour les réflexions, mais que tout était encore à faire. Et surtout que « l’hétérogénéité des tarifs est un problème ».