Conclusion

Sommaire du Mémoire

1 — L’utilisation des réseaux sociaux et du numérique dans l’assurance, les entreprises françaises accusent elles un retard dans ce domaine vis-à-vis de leurs homologues européennes
2 — Introduction
3 — Le numérique et son développement dans le commerce
4 — Le numérique et son développement dans le commerce : Histoire du numérique
5 — Le numérique et son développement dans le commerce : Développement du numérique dans le commerce
6 — Le numérique et son développement dans le commerce : Son application dans le domaine de l’assurance
7 — Les pays européens face à la digitalisation : La législation autour des données numériques
8 — Les pays européens face à la digitalisation : Le cas de la France, de l’Allemagne et de l’Italie dans la transition numérique
9 — L’évolution future du digital dans l’assurance
10 — L’évolution future du digital dans l’assurance : Les nouvelles technologies s’implantent dans l’assurance
11 — L’évolution future du digital dans l’assurance : Les nouveaux acteurs du marché de l’assurance
12 — Conclusion
13 — Notes et bibliographie

Le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui s’est forgé au travers de nombreuses grandes révolutions. La révolution numérique est la dernière en date. Provoquée par le développement et les innovations incessantes dans le milieu informatique de ces dernières décennies, le numérique est aujourd’hui au centre de notre quotidien.

L’un des éléments majeurs apportés par cette révolution n’est autre que la technologie du « Big Data ». Point central du digital d’aujourd’hui mais aussi de demain, les données collectées font désormais partie des produits les plus convoités des marchés. Leur analyse est essentielle face au renouveau des produits, des services voir même des marchés. Les entreprises exploitant ces informations prisées ont une claire longueur d’avance sur leurs concurrents.

Cependant, le traitement et le stockage de ces données confidentielles, représentent un risque fort vis-à-vis des consommateurs. C’est pourquoi des lois pour garantir la protection des individus sur Internet ont vu le jour. Malgré tout, ces dernières sont souvent obsolètes tant les technologies évoluent bien trop rapidement. Les Etats régissent souvent les pratiques commerciales de ce milieu en réponse à des événements datés. Il n’y a pour l’heure aucune anticipation au niveau des lois, elles n’interviennent qu’à posteriori.

Comme nous avons pu le constater en étudiant le cas de la France de l’Allemagne et de l’Italie. En Europe, le niveau de digitalisation des acteurs de l’assurance semble équivalent. A la différence de l’Italie, qui accuse un fort retard numérique, due notamment à une fracture générationnelle très forte. Dans ce pays ou encore un tiers de la population n’a jamais touché à Internet, le numérique doit être au centre des priorités pour propulser l’Italie dans le haut du panier de l’Europe dans le domaine du digital.

Pour ce qui est de la France et de l’Allemagne, bien qu’historiquement les acteurs d’assurances ne se partagent pas le marché de l’assurance de la même façon, ils ont tous entamés une transition numérique plus ou moins timide en fonction des moyens engagés. Les agents généraux, d’un pays comme l’autre, commencent petit à petit à cerner l’intérêt du numérique et notamment des réseaux sociaux auxquels ils étaient réfractaires. Les grands groupes d’assurance quant à eux ont suivi la vague de la digitalisation de plusieurs manières.

D’un côté des assureurs comme Allianz ont pris le pari du tout numérique à l’horizon 2020 et d’autre, comme Axa en France préfère suivre l’évolution du digital par le biais d’investissement stratégique dans des startups du milieu de l’Insurtechs.

Il n’y a pour l’heure aucun parti pris meilleur que l’autre, seul le temps et les résultats de ces prochaines années pourront dire si une stratégie était meilleure que celle des concurrents.

La digitalisation a aussi amené de nouveaux acteurs sur le marché avec la véritable explosion qu’a connu les Insurtechs à travers le monde. Les technologies avant-gardistes que ces derniers proposent pourraient bien représenter ce à quoi toutes les assurances ressembleront à l’avenir. Mais la réticence actuelle des consommateurs à passer sur du 100 % digitale laisse encore de belles heures aux acteurs historiques du marché.

Pour autant, la potentielle arrivée future des géants du web, GAFA(MA) pourrait changer le visage de l’assurance à jamais. Ces derniers possèdent les bases de données « Big data » les plus complètent du marché. Si une fois les données analysées, leur exploitation permet de créer des produits d’assurance novateurs répondant aux attentes des clients à moindre coût, 100 % digital ou non, ces contrats pourraient signer la fin de l’assurance telle que nous la connaissons aujourd’hui.

icone téléphone Être rappelé


En envoyant ma demande j'accepte la politique de protection des données personnelles