Conférence internationale de l’assurance, les axes d’évolution du domaine

Le monde de l'assurance doit faire face à de nouveaux enjeux et de nouveaux risques.
AccueilActualités → Conférence internationale de l'assurance, les axes d’évolution du domaine

A l’image de la 10e conférence dont nous avons parlé dans cet article, la 11e conférence internationale de l’assurance a eu lieu de 25 octobre 20119 à Paris. Dans un contexte social particulier (Brexit, gilets jaunes…), plusieurs challenges et changements ont été mis en avant : vieillissement de la population, nouveaux risques, etc. Nous vous proposons donc un retour rapide sur cette conférence.

La mise en place de la 11e conférence internationale de l’assurance

Organisée par la Fédération Française de l’Assurance (FFA) depuis sa création, la conférence internationale de l’assurance a pour but de partager et de débattre autour des évolutions du monde de l’assurance, des nouveaux risques, etc.

Cette 11e édition a réuni autour de Florence Lustman (la présidente de la FFA) de nombreux acteurs du secteur et autres spécialistes de l’économie. On a pu y retrouver, notamment :

  • Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire,
  • Les PDG d’Axa France (Jacques de Peretti), de Generali (Jean-Laurent Granier), de Groupama (Thierry Martel),
  • L’ancien directeur général du FMI, Jacques de Larosière,
  • La présidente de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), Marie-Laure Denis,
  • Le vice-président de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) Bernard Delas,
  • Etc.

Le thème de cette 11e conférence internationale de l’assurance était « Assurer le long terme dans un monde de court terme ». Pour le traiter, de nombreux débats et discours ont pris place pendant cette journée. Leur but étant de répondre aux nouvelles questions que les assureurs peuvent se poser.

Les principaux facteurs de l’évolution du monde des assurances

Comme l’a expliqué la présidente de la FFA, le monde des assurances fait face à de nouveaux éléments qui requièrent une évolution concrète de la part des assureurs.  Selon Florence Lustman, la situation économique mondiale entraîne « des défis sont de plus en plus globaux et mondialisés » : le Brexit, les gilets jaunes, etc., vont en effet entraîner des conséquences que les assureurs doivent anticiper.

Les autres facteurs de l’évolution du monde des assurances sont plus démographiques et culturelles. Il s’agit des nouvelles technologies puisqu’elles apportent un nouveau support, mais aussi un nouveau risque (cyber-risque). Pour faire face à ces nouveaux risques, les assureurs doivent s’adapter et proposer de nouvelles solutions.

La présidente de la FFA évoque aussi les changements climatiques. Cette modification de la météo peut en effet entraîner de nombreux dégâts (inondations, incendies…) pour lesquels les assureurs et réassureurs doivent proposer des contrats d’assurance les plus adaptés possibles.

Le dernier facteur de l’évolution nécessaire du monde de l’assurance est, selon Florance Lustman, le vieillissement de la population. En effet, cette tendance demande une nouvelle prise en charge que cela soit au niveau de la santé (complémentaire santé), et de la prévoyance (notamment au niveau de la dépendance).

L’impact de ces facteurs à moyen terme

Malgré ces nouveaux enjeux, le monde de l’assurance a su se développer d’une bonne façon. En effet, malgré les nouveaux risques et autres inquiétudes, le marché français de l’assurance a été le premier marché européen de l’assurance en 2018. Il a pu dépasser le marché britannique, leader européen depuis longtemps. De la même façon, le chiffre d’affaires au niveau national a augmenté de 3 % en 2018.

Les incertitudes des nouvelles technologies, des changements climatiques ou de l’évolution démographique peuvent donc avoir des effets positifs.