Télémédecine et e-santé : le futur de la médecine

Accueil Actualités → Télémédecine et e-santé : le futur de la médecine

La télémédecine consiste en la prise en charge d’un patient à distance. Elle œuvre au travers de pratiques comme la téléconsultation ou de la télésurveillance médicale. Sont efficacité se traduit dans l’utilisation de Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Aujourd’hui, il semble que le secteur de l’e-santé soit la solution idéale pour lutter contre le renoncement aux soins.

Un nouveau secteur qui séduit pour ses avantages

L’e-santé, c’est la santé électronique. Elle se définit par l’ensemble des moyens et services liés à la santé utilisant les NTIC. En d’autres termes, l’e-santé s’exerce au travers d’internet, des applications ou des objets connectés.

Elle rassemble différentes nouvelles pratiques :

  • La télémédecine : Ceux sont des actes médicaux réalisés par un médecin, mais à distance. Cela peut être de la téléconsultation, téléassistance, télésurveillance ou téléexpertise.
  • La télésanté : Correspond aux actes de prévention et de soins réalisés à distance. Ils peuvent se traduire par de l’information via des portails de santé publique, des systèmes d’alertes téléphoniques ou encore des prescriptions à distance.
  • La mobile santé : La m-santé, c’est l’utilisation du smartphone et des applications en lien avec la santé. Elle peut également s’exercer au travers de bracelets connectés, balances connectées, etc.
  • Les systèmes de dossiers électroniques de santé : Ils permettent la dématérialisation du suivi pour simplifier les démarches.

Ainsi, pour les patients qui souffrent de maladies chroniques et qui font de nombreux aller-retour vers les hôpitaux, de telles pratiques peuvent permettre un suivi à domicile pour limiter les déplacements. De la même manière, elles s’implantent très bien dans les « déserts médicaux » où elles facilitent grandement l’accès aux soins.

La pratique de l’e-santé est donc de plus en plus à la mode. Pour les années à venir, il faut s’attendre à ce qu’elle occupe une place prépondérante dans notre système de santé.

La nouvelle place de la télémédecine et de la e-santé

Depuis 2010, la télémédecine est inscrite dans le Code de la Santé Publique. Elle est défini telle que : « Forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication ».

Quatre types d’actes sont ainsi reconnus en tant qu’acte médical :

  • La téléconsultation : Elle consiste en une consultation médicale réalisée à distance (visioconférence, téléconférence…).
  • La téléassistance : C’est la possibilité qu’a un professionnel de la santé d’assister un confrère à distance lors de la réalisation d’un acte médical.
  • La télésurveillance : Souvent réalisé par télémonitoring, elle permet à un professionnel de la santé d’assister un patient à distance dans le cadre d’un suivi régulier.
  • La téléexpertise : Quasi-similaire à la téléassistance, la téléexpertise c’est la possibilité qu’a un professionnel de demander l’avis d’un ou de plusieurs professionnels de la santé pour leurs compétences particulières

L’Agence Française de la Santé Numérique (ASIP), a pour rôle de créer des conditions pour l’essor de l’e-santé, mener des projets nationaux et promouvoir les usages. En fait, c’est l’ASIP qui doit mettre en place la transformation numérique du système de santé français pour faciliter l’implantation de la santé connectée.

Demain, l’e-santé aura une place prépondérante dans nos systèmes de soins et elle va permettre de lutter contre le renoncement aux soins.

Des solutions de prise en charge pour la pratique

Pour les pratiques reconnus par l’état, la prise en charge par la sécurité sociale est plus ou moins garantie. Cependant, pour les autres et notamment en ce qui concerne les objets connectés, il est difficile d’accéder à quelconque prise en charge.

Mais, il existe néanmoins des solutions pour promouvoir les usages de l’e-santé. En effet, certaines compagnies d’assurances proposent des forfaits dédiées aux remboursements de la santé connectée. L’idée est que les assurés s’orientent vers les objets connectés pour être plus prévoyants et éviter les accidents.

Aujourd’hui, les forfaits annuels peuvent garantir jusqu’à 150€ de prise en charge. Mais, les avantages principaux de ces nouveaux contrats sont les partenariats noués avec les associations de médecins. En effet, en développant des réseaux de soins connectés, les assureurs garantissent à leurs assurés un accès à des soins à distance 24h/24 et 7 jours/7 intégralement pris en charge.

Sources et références

  • http://esante.gouv.fr/asip-sante/qui-sommes-nous/missions
  • http://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/prises-en-charge-specialisees/telemedecine/article/la-telemedecine
icone téléphone Être rappelé