Comparateur indépendant d'assurances

Accueil > Actualités > Le contrat d'assurance n'est pas un produit ordinaire

Le contrat d’assurance n’est pas un produit ordinaire

D’après une étude réalisée par l’IFOP (Institut Français d’Opinion Publique), les Français estiment que la souscription à un contrat d’assurance n’est pas assimilable à un achat ordinaire. Malgré la crise qui prévaut actuellement, ils n’envisagent pas de restreindre leurs dépenses liées à l’assurance.

92% des Français souscrivent au moins à un contrat d’assurance

A la demande des Mutuelles du Mans assurances (MMA), l’IFOP a mené une enquête pour évaluer les sentiments des Français vis-à-vis de leur système d’assurance. 92% des personnes interrogées ont ainsi affirmé avoir souscrit à au moins à un contrat d’assurance et près de trois Français sur quatre ne le considèrent pas comme un achat ordinaire. La moitié des enquêtés affirment d’ailleurs ne pas faire d’économie sur ce poste budgétaire malgré la crise. Ces chiffres sont de bon augure pour le secteur de l’assurance qui a malgré tout connu une baisse des chiffres d’affaires à la fin de l’année 2008 et au début de cette année. C’est le secteur de la prévoyance qui semble le plus subir cette baisse avec 23% de la population enquêtée qui abonde dans ce sens.

Internet n’est toujours pas convaincant

Toujours en rapport avec cette idée que se font les Français de leur système d’assurance, il s’avère que les contrats en ligne ne les séduisent toujours pas. Internet est surtout utilisé pour chercher des informations et comparer les services des différentes compagnies d’assurance, mais pas pour contracter une police. Près de 90% d’entre eux éprouvent encore le besoin d’avoir un contact direct avec un conseiller. Parmi les meilleurs moyens choisis par les assurés, le téléphone demeure le plus utilisé. Dans la majorité des cas, les contrats d’assurance souscrits en ligne concernent les automobiles, avec près de 53% des chiffres réalisés sur Internet. Compte tenu de la situation économique qui prévaut, cette tendance ne risque pas d’évoluer de si tôt, et il faudra encore du temps pour que la souscription en ligne se développe.

Être rappelé